La mission océanographique hivernale 2020

Une 3e édition d’envergure

7

institutions de recherche

25

scientifiques

13

équipes

15

jours en mer

32

stations échantillonnées

Le 1er mars 2020, le NGCC Amundsen appareillait au port de Québec pour ce qui allait devenir la plus grosse édition de la mission hivernale du Réseau Québec maritime. Organisée dans le cadre du programme de recherche Odyssée Saint-Laurent, en partenariat avec Amundsen Science et la Garde côtière canadienne, cette mission à bord du mythique brise-glace aura conduit 25 scientifiques provenant d’universités québécoises et ontarienne à explorer le système Saint-Laurent pendant 15 jours, bravant coups de vent et déferlantes glacées.

Cette mission opportuniste est unique au Québec ! Alors que le brise-glace assure prioritairement les opérations d’escorte de navires commerciaux et de déglaçage de la voie maritime, les scientifiques peuvent profiter des moments où les services du brise-glace ne sont pas sollicités pour déployer leurs équipements. Ainsi, profitant d’un faible niveau de glaciation cet hiver, l’équipe aura pu sillonner fleuve et golfe et échantillonner 32 stations.

La mission hivernale aura également permis d’enregistrer du matériel audio et vidéo pour documenter un projet de recherche-création sur l’écosystème du Saint-Laurent, qui prend assise dans une démarche collaborative et intersectorielle (projet écH2Osystème – Geneviève Dupéré – UQAM).

Les objectifs scientifiques

L’objectif principal de cette mission est de récolter, de façon annuelle, des connaissances scientifiques destinées à la compréhension et à la gestion du fleuve et du golfe Saint-Laurent en période hivernale.

Les échantillons recueillis serviront à : 1) documenter la variabilité des propriétés physico-chimiques de la colonne d’eau ; 2) assurer un suivi des contaminants, bactéries et virus présent·e·s ; 3) comprendre le cycle de vie du zooplancton (ex., Calanus sp., et Mysis sp.) et le cycle de reproduction du flétan dans le golfe ; 4) étudier le rôle fonctionnel de la faune benthique ; et 5) comprendre le rôle de la banquise dans la dynamique sédimentaire et l’érosion côtière.

De plus, des images de la vie sous-marine entre Saint-Siméon et Matane ont été obtenues à l’aide d’une caméra vidéo appâtée. Ces images documenteront les assemblages et l’écologie des poissons dans l’estuaire en période hivernale. Pour plus d’informations sur la mission, visitez le site internet du RQM.

Mise en valeur par la photographie

Le photographe JC Lemay était de la mission pour capturer la vie à bord. Un concours de photographies a été organisé sous sa présidence et a récompensé la meilleure photo dans trois catégories : humains, science et paysages.

Accueil de la ville de Sept-Îles

Dans le cadre d’un partenariat avec l’INREST, tou·te·s les participant·e·s de la mission hivernale ont été invité·e·s à une conférence médiatique où ils ont pu échanger avec les actrices et acteurs locaux, présenter leurs projets et discuter de l’importance de la science dans le développement durable des activités portuaires.